arrondir


arrondir

arrondir [ arɔ̃dir ] v. tr. <conjug. : 2>
• v. 1265; de 1. a- et rond
I V. tr.
1Rendre rond. Le frottement arrondit les galets. L'embonpoint arrondit son visage. Arrondir une pièce au tour. (1835) Donner une forme courbe à. Arrondir le bras, ses gestes. Arrondir une jupe, en coudre l'ourlet de façon à ce que sa distance au sol soit égale en tout point ( arrondisseur) .
Loc. Arrondir les angles : atténuer les oppositions, les dissentiments. — « C'est prendre une furieuse tâche que de vouloir arrondir un caractère qui n'est qu'un hérisson » (Hugo).
2(1678) Fig. Rendre plus important (un bien). Arrondir son champ, sa fortune. agrandir; accroître, augmenter, compléter, étendre. Je voudrais bien « avoir un moyen d'arrondir mes revenus » (Artaud). Travailler au noir pour arrondir ses fins de mois.
Ajuster le dernier chiffre significatif conservé à droite d'un nombre. Arrondir une somme en y ajoutant un supplément (cf. Chiffre rond). Arrondir au franc supérieur. Somme arrondie à la dizaine inférieure.
3(1621) Peint. Faire ressortir le volume de (un objet). « La plaisance du modelé vient surtout [...] d'un besoin d'arrondir sans les dissimuler les contours » (A. Gide).
4Mar. Arrondir un cap, une pointe : passer au large. ⇒ contourner.
II ♦ S'ARRONDIR v. pron.
1Devenir rond. Son ventre s'arrondit (embonpoint ou grossesse). grossir. La voile s'arrondit sous le vent. enfler, gonfler.
2Vieilli Agrandir ses domaines, sa fortune. « Il agrandit son parc de tous les jardins que l'entrepreneur avait acquis pour s'arrondir » (Balzac).
⊗ CONTR. Allonger. Diminuer, réduire.

arrondir verbe transitif Rendre rond quelque chose, lui donner une forme circulaire ou courbe, sans arêtes : Arrondir le dos d'un livre à relier. Agrandir, étendre quelque chose pour constituer un ensemble plus important : Arrondir son capital. Modifier une quantité, une somme en plus ou en moins, pour obtenir un chiffre rond, plus simple ou plus complet : Arrondir un total à la centaine inférieure. Couture Dessiner l'ourlet d'un vêtement afin qu'il soit sur tout son pourtour à égale distance du sol. Parfumerie Améliorer l'harmonie d'un parfum, en réduisant ou en masquant certaines imperfections pour donner du fini à la composition. ● arrondir (expressions) verbe transitif Familier. Arrondir ses fins de mois, augmenter son salaire par des travaux annexes. Arrondir ses phrases, leur donner du rythme, de l'harmonie. Arrondir les yeux, les écarquiller en signe de surprise. ● arrondir (synonymes) verbe transitif Agrandir, étendre quelque chose pour constituer un ensemble plus important
Synonymes :
- accroître
- compléter
- étendre
Contraires :
- réduire

arrondir
v.
rI./r v. tr.
d1./d Doter d'une forme ronde. Arrondir les coins d'une table. Arrondir les bras.
|| Fig. Arrondir les angles.
d2./d Fig. Arrondir son bien, sa fortune, l'augmenter. Arrondir une somme, un poids, en supprimer les fractions pour faire une somme ronde, un poids rond.
|| Arrondir ses fins de mois: faire des travaux annexes pour compléter son salaire.
rII./r v. Pron.
d1./d Prendre une forme ronde, pleine. Son visage s'est arrondi.
d2./d Devenir plus considérable (biens, argent). Fortune qui s'arrondit à la suite d'un héritage.

⇒ARRONDIR, verbe trans.
I.— Emploi trans.
A.— Donner, prendre ou présenter une forme (approximativement) ronde.
1. [L'obj. désigne l'aspect d'une chose, d'une pers.]
a) [L'obj. désigne une chose naturelle] :
1. Et le raisin apparaît! Fragile d'abord et peu fourni, de semaine en semaine abreuvé de rosée, il gonfle et se dilate, il arrondit ses grains en les pressant les uns contre les autres, dans la hâte de mûrir et de ruisseler.
PESQUIDOUX, Chez nous, t. 1, 1921, p. 113.
b) [L'obj. désigne une chose fabriquée] :
2. Qu'on regarde l'église ou le bourg vu du parvis, il n'est pas une pierre qui n'ait gardé son âme et sa chair, je veux dire l'esprit de son époque et la pure qualité de la matière, à quoi les siècles ont ajouté une patine qui arrondit les angles et assouplit les ornements.
T'SERSTEVENS, L'Itinéraire espagnol, 1963, p. 306.
Spéc., vx.
BLAS. ,,Se dit des pièces dont la position est ordinairement droite, mais qui, par exception, sont représentées dans la forme courbe, comme les serpents, les branches d'arbre, etc. Se dit aussi des pièces auxquelles un travail de burin ou de pinceau a donné, en les modelant, l'aspect de la rondeur`` (Nouv. Lar. ill.); (cf. également Ac. 1798).
CHAPELLERIE, HORLOG. [L'obj. désigne l'arête d'un chapeau ou les dents d'une roue, d'un pignon] (cf. BESCH. 1845, CHESN. 1857, Lar. 19e, LITTRÉ, Nouv. Lar. ill.).
c) [L'obj. désigne une pers. ou une partie du corps hum.] :
3. Bella était plus forte, plus épanouie que lorsqu'elle m'avait quitté. Notre rupture lui avait valu ce que cause aux autres femmes un enfant. Le souci avait arrondi ses épaules, donné à son dos ce beau volume, gonflé un peu ses bras, chassé les muscles de son cou, la renfermant toute dans une gaine. Jamais plus je n'étreindrais ce corps léger et remuant, il était cousu dans une peau plus charnue et veloutée.
GIRAUDOUX, Bella, 1926, p. 144.
SYNT. Verbe + la/le(s) + subst. Arrondir la bouche, le bras, le cou, le dos, les épaules, le ventre, les yeux.
Spéc., PHONÉT. ,,Placer les lèvres en forme de cercle pour prononcer certains phonèmes. Arrondir une voyelle, rendre la voyelle plus ronde`` (Lar. encyclop.) :
4. Le cri rond de l'être rond arrondit le ciel en coupole. Et dans le paysage arrondi tout semble se reposer. L'être rond propage sa rondeur, propage le calme de toute rondeur. Et pour un rêveur de mots, quel calme dans le mot rond! Comme il arrondit paisiblement la bouche, les lèvres, l'être du souffle! Car cela aussi doit être dit par un philosophe qui croit à la substance poétique de la parole.
BACHELARD, La Poétique de l'espace, 1957, p. 213.
2. [L'obj. désigne un mouvement]
a) MAN. Arrondir un cheval. ,,Le dresser à marcher aux trois allures sur un cercle, son corps étant incurvé sur toute sa longueur et ses membres postérieurs suivant exactement la piste tracée par les membres antérieurs`` (Lar. encyclop.).
Rem. Cf. également Ac. Compl. 1842, BESCH. 1845, Lar. 19e, LITTRÉ, Nouv. Lar. ill.
b) MAR. Arrondir un banc, un cap, une île, un rocher, une terre, etc. Contourner à distance un relief qui présente un danger pour la navigation :
5. Je dirigeai ma route vers le Nord en longeant de fort près la côte sur laquelle je n'avais pu aborder; et j'entrai dans cet enfoncement, en arrondissant la pointe occidentale de l'entrée.
DENTRECASTEAUX, Voyage à la recherche de La Pérouse, 1808, p. 50.
B.— Donner plus d'extension de façon à former un ensemble considéré comme satisfaisant ou approchant la perfection du rond, du cercle.
1. [L'obj. désigne des biens, plus rarement leur propriétaire] Arrondir son champ, sa fortune, etc., ou même absol. arrondir (= s'arrondir; cf. II B) :
6. Plus dangereuse, s'il se peut, est l'attraction de la terre. Grande ou petite, elle a cela d'étrange, et qui attire, qu'elle est toujours incomplète; elle demande toujours qu'on l'arrondisse. Il y manque très-peu, ce quartier seulement, ou moins encore, ce coin... Voilà la tentation : s'arrondir, acheter, emprunter.
MICHELET, Le Peuple, 1846, p. 59.
Loc. fam. Arrondir sa pelote (cf. BALZAC, Splendeurs et misères des courtisanes, 1847, p. 201).
2. COMPTAB. Arrondir une mesure, un poids, une somme (à). Supprimer ou ajouter des unités en finale de façon à former un chiffre rond, un nombre entier plus simple que le nombre réel :
7. ... nous proposons à M. Bénilou (chef de la subdivision de Léré) de ne leur régler (au tarif du Tchad) que les deux jours de portage sur le Tchad — et de prendre à notre charge les trois jours en plus :
Soit 2 jours à 1. 25 2. 50
3 jours à 1. 75 5. 25
Plus 3 jours de retour à 0. 50 1. 50
—-
9. 25
à quoi nous ajoutons soixante-quinze centimes de matabiche pour arrondir la somme et nous permettre de les payer avec deux billets de cent sous.
GIDE, Le Retour du Tchad, 1928, p. 950.
C.— Donner plus de force ou d'harmonie, parfaire.
1. Domaine des arts
a) ARTS PLAST. :
8. Vérité et volonté de vérité forment ensemble un instable mélange où fermente une contradiction et d'où ne manque jamais de sortir une production falsifiée. Comment ne pas choisir le meilleur, dans ce vrai sur quoi l'on opère? Comment ne pas souligner, arrondir, colorer, chercher à faire plus net, plus fort, plus troublant, plus intime, plus brutal que le modèle?
VALÉRY, Variété 2, 1929, p. 104.
b) LITT. Arrondir une période, une phrase. Équilibrer ses divers membres de façon à obtenir une cadence agréable :
9. Il avait médité sa phrase, il l'avait arrondie, polie, rythmée; c'était un chef-d'œuvre de prudence et de transition, de tournures fines et de délicatesse; mais la colère avait emporté la rhétorique.
FLAUBERT, Madame Bovary, t. 2, 1857, p. 97.
c) MUS. Diminuer l'acuité :
10. Dans les voix de femme, le registre de poitrine s'arrêtant théoriquement au mi première ligne, c'est la série au-dessus de cette note, jusqu'au mi 4e interligne, qui constitue le registre de médium. Aucune technique spéciale ne le caractérise, sauf la nécessité de foncer et d'arrondir davantage les sons dans sa partie supérieure.
Arts et litt. dans la société contemp., 1935, p. 3610.
2. Domaine psychol., surtout dans l'expr. arrondir les angles. Atténuer les aspérités du caractère, des rapports humains :
11. Dans ce que ma tâche comportait de militaire, j'étais assisté par l'état-major de la Défense nationale constitué dès Alger. Le général Juin était à la tête, intelligent, diligent, sachant arrondir les angles de mes rapports avec les alliés, s'employant à amortir les chocs auxquels, parfois, ma manière d'être exposait les subordonnés.
DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1959, p. 132.
II.— Emploi pronom.
A.— Prendre ou présenter une forme (approximativement) ronde.
1. [Le suj. désigne l'aspect d'une chose, d'une pers.]
a) [Le suj. désigne une chose naturelle ou un objet fabriqué] :
12. La cataracte se divise en deux branches, et se courbe en fer à cheval. Entre les deux chûtes s'avance une île, creusée en dessous, qui pend avec tous ses arbres sur le chaos des ondes. La masse du fleuve qui se précipite au midi, s'arrondit en un vaste cylindre, puis se déroule en nappe de neige, et brille au soleil de toutes les couleurs.
CHATEAUBRIAND, Génie du Christianisme, t. 2, 1803, p. 271.
13. ... de grandes cours publiques les environnent, et leur intérieur, soutenu par des colonnes ou des piliers, s'arrondit en dômes entourés de petites coupoles hémisphériques : c'est de l'art byzantin enlaidi par les Turcs.
DU CAMP, Le Nil, 1854, p. 34.
b) [Le suj. désigne une pers. ou une partie du corps hum.] :
14. Son embonpoint [de la comtesse] ne détruisait ni la grâce de sa taille, ni la rondeur voulue pour que ses formes demeurassent belles quoique développées. Vous comprendrez soudain ce genre de perfection, lorsque vous saurez qu'en s'unissant à l'avant-bras les éblouissants trésors qui m'avaient fasciné paraissaient ne devoir former aucun pli. Le bas de sa tête n'offrait point ces creux qui font ressembler la nuque de certaines femmes à des troncs d'arbres, ses muscles n'y dessinaient point de cordes et partout les lignes s'arrondissaient en flexuosités désespérantes pour le regard comme pour le pinceau.
BALZAC, Le Lys dans la vallée, 1836, p. 41.
2. Spéc., arg., pop.
♦ [En parlant d'une femme] Devenir enceinte (cf. L.-F. LHÉRITIER, Suppl. aux Mémoires de Vidocq, t. 2, 1830, p. 289).
♦ S'enivrer (cf. A. BRUANT, Dict. fr.-arg., 1901, p. 195).
B.— [Le suj. désigne un propriétaire et ses biens] Prendre plus d'extension de façon à former un tout complet, un ensemble satisfaisant (cf. supra ex. 6).
C.— Prendre plus de force ou d'harmonie, se parfaire.
1. MUS. Diminuer d'acuité :
15. Lorsque le son [vocal] ne s'arrondit pas dans ces cavités, la position laryngienne a beau être exacte, le son élevé est étroit, strident, criard.
J. ARGER, Initiation à l'art du chant, 1924, p. 158.
2. [En parlant du caractère, des rapports humains] Perdre ses aspérités morales, ses traits distinctifs, devenir conciliant, se façonner selon le modèle commun :
16. Si les hommes consentaient du moins à la leçon que la mort leur propose, tous les malentendus se dissiperaient par force tôt ou tard; il suffirait d'être patient. Tout s'arrange, se tasse et s'arrondit dans le train-train routinier de l'équivoque, tout, sauf la mort elle-même, qui ne s'« arrange » jamais.
JANKÉLÉVITCH, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien, 1957, p. 183.
PARAD. a) (Quasi-) synon. accroître, adoucir, agrandir, augmenter, ballonner, contourner, doubler, égaliser, élargir, émousser, enfler, équilibrer, estomper, étendre, feutrer, renfler, répandre, tourner. b) Anton. aplanir, appointer, creuser, diminuer, enlever, équarrir, réduire, supprimer.
PRONONC. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[], j'arrondis []. PASSY 1914 note une durée mi-longue pour la 2e syllabe du verbe. Enq. :// (il) arrondit. 2. Hist. — 1re syllabe longue ds LAND. 1834 et GATTEL 1841. FÉR. 1768 note que le mot ,,s'écrit avec 2 rr [mais] se prononce avec une seule`` et FÉR. Crit. t. 1 1787 ainsi que GATTEL 1841 ajoutent que r se prononce ,,forte``.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. Trans. ca 1265 « rendre rond » J. DE MEUNG, Rose, éd. F. Lecoy, 20267 : Ainz est si ronde et si soutille C'onques ne fu berill ne bille De forme si bien arondie; d'où divers emplois p. ext. a) 1834 « supprimer les angles, adoucir (un caractère) » (HUGO, Littér. et phil. mêlées, p. 104 ds ROB.); b) 1610-20 « rendre plus complet, accroître, augmenter » (AUB., Hist. univ., I, 15 ds GDF. Compl.); c) 1671 rhét. arrondir une période (F. POMEY, Le Dict. royal augmenté, Lyon); d) 1621 peint. « faire ressortir la rondeur des objets » (RENÉ FRANÇOIS, Essay des Merveilles de nature, p. 199 ds BRUNOT t. 6, p. 690); e) 1797 mar. (Voyage de La Pérouse, t. 3, p. 91 : Je fis route pour passer sous le vent de cette roche, et je l'arrondis d'une lieue); 2. pronom. 1549 « devenir rond » (EST.); d'où fig. 1762 « étendre ses domaines » (J.-J. ROUSSEAU, Em., V ds LITTRÉ).
Dér. de rond; préf. a-1; dés. -ir.
STAT. — Fréq. abs. littér. :520. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 676, b) 1 348; XXe s. : a) 805, b) 425.
BBG. — BARB.-CAD. 1963. — BARBER. 1969. — BAULIG 1956. — CHESN. 1857. — FRANCE 1907. — GILLIÉRON (J.). Les Conséquences d'une collision lex. et la latinisation des mots fr. In : Cinquantenaire de l'École pratique des hautes ét. Paris, 1921, t. 20, p. 64. — GOTTSCH. Redens. 1930, p. 152, 238. — GRANDM. 1852, col. XXVIII. — GRUSS 1952. — GUILH. 1969. — JAL 1848. — LE CLÈRE 1960. — LHOSTE-PÈPE 1964. — MAT. Louis-Philippe 1951, p. 203. — PIL. 1969. — POIGNON 1967. — SANDRY-CARR. 1963. — SOÉ-DUP. 1906. — SPRINGH. 1962. — WILL. 1831. — ZASTROW 1963, p. 426.

arrondir [aʀɔ̃diʀ] v. tr.
ÉTYM. V. 1265; de 1. a, et rond.
1 Rendre rond. || Le frottement arrondit les galets. || L'embonpoint arrondit son visage, ses formes. || La peur arrondit son œil.(Sujet n. de personne). || Il arrondit la bouche, les lèvres. || Arrondir une pièce au tour.(1835). Donner une forme courbe à. || Arrondir le bras, ses gestes (→ Amphore, cit. 2; anse, cit. 4). || Arrondir les arêtes. || Arrondir une robe, une jupe, en coudre l'ourlet de façon à ce que sa distance au sol soit égale en tous points ( Arrondisseur).Techn. || Arrondir une lime, une meule. Arrondissage.
1 On apercevait (…) la lune arrondissant la partie supérieure de son disque au-dessus des nuages (…)
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. II, II, IV.
Loc. fig. Arrondir les angles, les arêtes : atténuer les oppositions, les dissentiments.Littér. Rendre moins aigu, moins tranchant (fig.). || Arrondir ses manières. Adoucir.
2 C'est prendre une furieuse tâche que de vouloir arrondir un caractère qui n'est qu'un hérisson tout en pointes avec très peu de corps.
Hugo, Littérature et Philosophie mêlées, p. 104.
2 (1678). Fig. Rendre plus complet. || Arrondir son champ, son bien, sa fortune, ses états… || Arrondir ses revenus.Par métaphore du sens 1. || Arrondir sa pelote. Accroître, agrandir, augmenter, compléter, étendre.
3 Combien fait-il de vœux, combien perd-il de pas,
S'outrant pour acquérir des biens ou de la gloire ?
Si j'arrondissais mes États !
Si je pouvais remplir mes coffres de ducats !
La Fontaine, Fables, VIII, 25.
3.1 M. Grandet alla voir son château par l'occasion d'une charrette qui y retournait. Après avoir jeté sur sa propriété le coup-d'œil du maître, il revint à Saumur, certain d'avoir placé ses fonds à cinq, et conçut la magnifique pensée d'arrondir le marquisat de Froidfond en y réunissant ses biens.
Balzac, Eugénie Grandet, éd. 1838, p. 47.
3.2 (…) je voudrais bien en dehors de mes heures d'occupation avoir un moyen d'arrondir mes revenus.
A. Artaud, Lettre à Max Jacob, 1921, in Œ. compl., t. III, p. 118.
Rendre rond (un compte, une somme) en ajustant le dernier chiffre significatif (conservé à droite du nombre). || Arrondir une somme en y ajoutant un supplément. Rond (somme ronde). || Arrondir au franc supérieur.Au p. p. || Sommes arrondies aux dizaines.
3 Fig. Rendre plus harmonieux, plus ordonné, plus symétrique. || Arrondir ses périodes, ses phrases.
4 Je trouve qu'il est fort indigne du prêtre qu'il passe sa vie dans son cabinet à arrondir des périodes.
Fénelon, t. XXI, p. 104.
4 Peint. Faire ressortir le volume de (un objet).
5 La plaisance du modelé vient surtout d'une horreur de la brusquerie, d'un besoin d'arrondir sans les dissimuler les contours; la perfection est alors d'obtenir une insensible dégradation du clair au moins clair et à l'obscur.
Gide, Journal, 16 déc. 1895.
5 Mar. || Arrondir un cap, passer au large en décrivant une courbe tout autour. Contourner.
6 Hippol. || Arrondir un cheval, le dresser à marcher en cercle, aux trois allures.
——————
s'arrondir v. pron.
1 Devenir rond. || L'ivoire s'arrondit sous la main du tourneur (Hatzfeld). || Son ventre s'arrondit. Ballonner, enfler, gonfler. || Sa taille s'arrondit, se dit d'une personne qui prend de l'embonpoint ou d'une femme devenue enceinte.
6 Voyez un peu ce cou d'ivoire s'arrondir sur ces belles épaules.
Marmontel, Contes moraux, « Loret ».
2 (Sujet n. de personne). Vieilli. Agrandir, étendre ses domaines, sa fortune.
7 En supprimant un autre mur, il agrandit son parc de tous les jardins que l'entrepreneur avait acquis pour s'arrondir.
Balzac, Un début dans la vie, Pl., t. I, p. 674.
8 (…) nous pardonnions à l'électeur de Brandebourg d'avoir attisé la guerre en Europe pendant quarante ans pour s'arrondir aux dépens de tous ses voisins.
Fustel de Coulanges, Questions contemporaines, p. 5.
——————
arrondi, ie p. p. adj. et n. m.
ÉTYM. (V. 1280).
1 De forme à peu près ronde. || Formes arrondies. Rond; ballonné, bombé, courbe, convexe, émoussé, mamelonné, obtus, rebondi. || Un corps aux formes arrondies. Gras, plein, potelé; rondeur.
9 Ses formes sveltes se transformaient à vue d'œil en contours plus suaves et plus arrondis par l'adolescence.
Lamartine, Graziella, IV, 27.
10 (…) formes arrondies, onduleuses et régulièrement épanouies (…)
Taine, Philosophie de l'art, t. II, p. 5 (→ Ample, cit. 3).
Fig. et vieilli. || Période arrondie, phrases arrondies, équilibrée(s), cadencée(s), souvent excessivement.
11 Une période bien faite est appelée une période arrondie.
Condillac, l'Art d'écrire, III, 3.
2 Phonét. Se dit des voyelles prononcées avec les lèvres arrondies (par oppos. à étiré).Ex. : [y, ø, œ, u], qu'on note u, eu, ou en franç.On dit aussi labial. || Voyelle non-arrondie, étirée, non labialisée.
3 N. m. || L'arrondi : le contour arrondi. Courbe. || L'arrondi d'un trait, d'une ligne. || L'arrondi d'un bras, d'une joue (en peint.). || L'arrondi d'une voûte.Spécialt (couture). || L'arrondi d'une jupe, la ligne de son ourlet.
12 (…) il caresse de l'œil toute la courbe de ce corps flexible replié sur soi-même, depuis le moelleux arrondi des épaules (…)
Martin du Gard, les Thibault, IV, 7.
13 Cette petite porte dans l'épaisseur du mur au fond du cloître… en bois sombre, en chêne massif, délicieusement arrondie, polie par le temps… c'est cet arrondi surtout qui l'avait fascinée, c'était intime, mystérieux (…)
N. Sarraute, le Planétarium, p. 9.
Aviat. Manœuvre préparatoire à l'atterrissage, au cours de laquelle l'avion se redresse à l'horizontale.
CONTR. Équarrir. — Allonger; appointir. — Diminuer, disperser, réduire. — Creuser (se).(De arrondi) Aigu; anguleux; pointu; hérissé.
DÉR. Arrondissage, arrondissement, arrondisseur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • arrondir — ARRONDIR. v. a. Rendre rond. Arrondir une boule. Cela n est pas assez arrondi. Arrondir un manteau, une robe. f♛/b] On dit proverbialement et figurém. qu Un homme a arrondi son champ, son pré, sa terre, sa fortune, pour dire, qu Il y a fait des… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • arrondir — Arrondir. v. act. Rendre rond. Arrondir une boule. cela n est pas assez arrondi. arrondir un manteau, une soutane. On dit prov. & fig. qu Un homme a arrondi son champ, pour dire, qu Il a augmenté sa terre par l acquisition de quelques heritages… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • arrondir — Arrondir, Rotundare, Rotundum facere. S arrondir, Globari in rotunditatem, Conspirare …   Thresor de la langue françoyse

  • ARRONDIR — v. a. Rendre rond ; donner à quelque chose la forme ronde, c est à dire, une forme sphérique, cylindrique, ou circulaire. Arrondir une boule. Ce bâton n est pas assez arrondi. Arrondir une meule. Arrondir un manteau, une robe. Arrondir ses bras… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ARRONDIR — v. tr. Rendre rond. Arrondir une boule. Un ballon qui se gonfle et s’arrondit. Ce bâton n’est pas assez arrondi. Arrondir une meule. Arrondir un manteau, une robe. Arrondir ses bras en dansant. Quand on prononce la lettre O, la bouche s’arrondit …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • arrondir — (a ron dir) v. a. 1°   Rendre rond. Arrondir une boule, une meule. 2°   Familièrement, agrandir. Arrondir son champ, s étendre au moyen de l acquisition de pièces de terre contiguës, qui le rendent plus régulier en faisant disparaître des pointes …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • arrondir — vt. ARYONDIr gv.3 (Albanais, Annecy, Leschaux, Gruffy | Montricher), aryandi (Saxel.002, Thônes, Villards Thônes), arondi (Chambéry). E. : Arrondi. A1) arrondir les angles d un billon (pour qu il puisse glisser plus facilement) : bovatâ vt. (002) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Arrondir les yeux — ● Arrondir les yeux les écarquiller en signe de surprise …   Encyclopédie Universelle

  • Arrondir ou adoucir les angles — ● Arrondir ou adoucir les angles supprimer ou réduire les difficultés, les dissensions …   Encyclopédie Universelle

  • Arrondir ses fins de mois — ● Arrondir ses fins de mois augmenter son salaire par des travaux annexes …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.